IMG_2114

Une rentrée bio à la sauce numérique

À l’occasion de la rentrée, la municipalité de Mussidan a procédé à une série de changements dans le matériel scolaire et dans les assiettes de l’école, ainsi que dans la cour de récréation.

Les élèves de CE2 avec leur dictionnaire

Les élèves de CE2 avec leur dictionnaire

L’année a à peine débuté que l’on peut déjà commencer à distribuer de bonnes notes. Du moins c’est ce qu’il serait permis de penser à ceux qui découvrent les changements opérés dans le cadre de l’école élémentaire de Mussidan.

Cela transparaît dès l’entrée dans la cour, où parents et enfants pourront se réjouir de l’arrivée de bancs, tables et arbres, quand certains poteaux jugés dangereux ont disparu. L’invitation au sport lui gagne du terrain, avec de nouveaux paniers de baskets et de marquages au sol. Mais certaines nouveautés sont plus subtiles et moins visibles, si ce n’est de manière gustative, comme l’arrivée massive de la nourriture biologique dans les assiettes. Avec plus de 80 % de repas préparés selon ce principe écologique, la cantine obtient le niveau 3 du label Écocert (plus de 50 % de produits bio utilisés), et se verra remettre le mardi 20 septembre le label Territoire Bio Engagé par une association régionale récompensant ce même principe. Et ce changement est même indolore pour les familles, puisque le tarif du restaurant scolaire reste inchangé. Quant au gaspillage, la pratique du pesage par les enfants des restes limite leur quantité, dont une bonne partie est recyclée dans les trois composteurs destinés à fournir le compost du jardin périscolaire.

Fidèle à ses engagements du conseil municipal du 29 février dernier, la municipalité a également équipé de matériel dernier cri l’établissement scolaire. Cela comprend l’installation d’ordinateurs dans chaque classe, et la mise en place de trois « classes mobiles », un kit comprenant des vidéoprojecteurs interactifs et des tablettes et d’une suite logiciel intitulé « Ma Classe » permettant aux enseignants de programmer des exercices interactifs et contrôler en temps réel l’évolution des élèves. Le coût du matériel informatique s’élève à 51 000 € sur 5 ans via un contrat de location et de maintenance, tandis que les tableaux blancs représentent un investissement de 2100 €, financés uniquement par la mairie.

Ainsi, si l’école de Mussidan va dans le sens du plan numérique de l’État, tandis que la municipalité s’appuie sur le rapport du think tank libéral de l’institut Montaigne, présenté en mars dernier, certains enseignants remettent en cause cette approche du tout numérique, à l’instar des signataires de l’appel de Beauchastel. Mais preuve que le numérique n’est pas encore partout, le maire Stéphane Triquart et son adjointe aux affaires scolaires Liliane Escat ont offert le jour de la rentrée les traditionnels dictionnaires papiers aux élèves de CE2 et de l’unité locale d’insertion scolaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *