Dossier :

IMG_2081

CCMP : métamorphoses d’une collectivité

« Je vois que nous avons plutôt bien résister à la canicule » introduisait sur le ton de l’humour Serge Durant, le maire de Saint-Michel-de-Double, qui accueillait dans ses murs le conseil communautaire de la CCMP, lundi 29 août. Mais avec seulement quatre mois pour entériner la fusion avec l’intercommunalité du villamblardais, nul doute que la rentrée sera plus ardue que d’accoutumée pour s’approprier le nouvel échelon phare des collectivités territoriales.

Les lignes changent, les communes restent - Vue de l'entée du mémorial de Saint-Etienne-de-Puycorbier

Les lignes changent, les communes restent – Vue de l’entrée du mémorial de Saint-Etienne-de-Puycorbier

En guise de démarrage, le président de la CCMP Michel Florenty faisait ainsi un bref résumé des avancés sur le dossier de la fusion de la communauté de communes avec celle du villamblardais. Les deux intercommunalités se sont entendues pour faire appel aux services du cabinet Michel Klopfer, spécialisé dans les finances locales, pour les accompagner dans la fusion. Après une première réunion de présentation fin juillet, les élus devront décider d’une part quelles seront les compétences transférées à la nouvelle entité, ainsi que les modalités de fiscalité, tant vis-à-vis des entreprises que des ménages. Si rien n’est encore déterminé sur ces plans-là, les élus semblent s’être accordés sur un nom : communauté de communes Isle et Crempse en Périgord (CCICP).

Preuve du renforcement de l’échelon intercommunal dans la vie publique, la création d’un contrat de ruralité de la part de l’Etat, qui réunira l’ensemble des dispositifs spécifiques (DETR, ZRR…), a été acté en mai dernier par le gouvernement. Or, celui-ci devra être signé par les intercommunalités, et non plus les communes, pour une période de six ans, avec révision au bout de trois ans. Michel Florenty a ainsi pressé ses homologues à faire suivre leurs projets, car les dossiers devraient commencer à être étudiés dès septembre 2016. Pour l’heure, ceux-ci intègrent des travaux tels que le plan façade et la démolition de la salle Gerbeaud à Mussidan, les aménagements de bourg à Saint-Médard-de-Mussidan, Saint-Louis-en-l’Isle et Saint-Laurent-des-Hommes, ou encore la rénovation des églises de Saint-Martin-l’Astier et Saint-Etienne-de-Puycorbier. Jacques Froidefon a profité de cette occasion pour présenter le projet de la municipalité mussidanaise pour le centre Victor Hugo, qui serait transformé en pôle de santé avec possiblement un cabinet de radiologie, à l’étage une maison de santé multidisciplinaire, et au-dessus des logements pour personnes âgées. Outre ces dossiers, le contrat de ruralité aurait vocation à intégrer les volets de l’accessibilité, de transition écologique et de tourisme vert et le développement des zones économiques. Au total, tous ces projets, conçus donc sur l’échéance 2017-2023, exigeraient près de 10 millions d’euros de financement.

Outre ces points, le conseil communautaire s’est entendu pour octroyer un fond de concours à la commune de Saint-Médard pour la construction d’une salle des fêtes, à hauteur de 60 000 €. Elle a également validé la convention avec l’intercommunalité du montponnais pour apporter 7 000 € aux travaux de fouilles autour de la passerelle prévue à Montpon pour la véloroute. Enfin, une subvention de 1 000 € a été accordée à l’Amicale Laïque dans le cadre de l’organisation de la fête du cheval prévue à Mussidan les 17 et 18 septembre.

Le maire de Saint-Etienne-de-Puycorbier Daniel Tournier a fait état des avancées des travaux pour le mémorial de la résistance sur sa commune. Bien qu’en attente des panneaux d’information, le lieu commence déjà à attirer les curieux. Enfin l’été a été encourageant sur le plan enfance ou jeunesse, ou RAM, centre de loisirs et Cas’Ado ont fait le plein de jeunes et d’activités.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *