IMG_0959

Budget de clôture pour la CCMP

Le conseil communautaire du Mussidanais se réunissait lundi 14 mars pour boucler un budget « pour la dernière année de vie de la CCMP », dixit le président Michel Florenty. Car si « la sentence » évoquée par un élu communautaire n’était pas encore officiellement entérinée – à savoir la fusion avec la communauté de communes du Villamblardais -, tous savaient ce que serait le verdict énoncé vendredi 18 mars par le CDC.

Pour se faire, Céline Do Marco, directrice des services de l’intercommunalité, a présenté comptes administratifs et budget prévisionnels selon une logique analytique, permettant aux élus de connaître les coûts et recettes propres aux différents services de la CCMP : Cas’Ado, service crèche, office de tourisme et RAM, complété par le traditionnel budget principal. Au total, le budget de fonctionnement 2016 s’équilibre sur un montant de 4 049 521 €, sachant qu’il n’a concrètement coûté que 1 983 290 € en 2015 (cf graphiques ci-dessous). À cela s’ajoutaient les différents budgets annexes concernant le SPANC, le fonctionnement des logements sociaux et les ZAE des Lèches et de Bourgnac.

L’exercice 2015 aura permis de réaliser 2 266 700 € d’investissement sur les 3 328 704 € prévus, à travers les travaux de la crèche, le mémorial de Saint-Etienne et son sentier, les travaux liés à la véloroute voie verte ou encore ceux à venir de l’espace Connexions. Dans la continuité de ces projets, l’intercommunalité a validé un budget prévisionnel d’investissement de 3 139 122 € pour 2016. À cela s’ajoute les attributions du fonds concours validés en commission à hauteur de 571 000 € versés aux communes et qui concerne les travaux de la salle multiculturelle, la toiture du musée et la chaudière de la piscine à Mussidan, le garage communal à Beaupouyet, l’aménagement des centres-bourgs à Bourgnac et Saint-Martin-l’Astier, à la mairie des Lèches, au mémorial de la Résistance à Saint-Étienne-de-Puycorbier, à l’école de Saint-Front-de-Pradoux, à la maison des services publics de Saint-Laurent-des-Hommes, à l’atelier municipal de Saint-Louis-en-l’Isle, à la salle des fêtes de Saint-Médard-de-Mussidan et aux toilettes publiques à Saint-Michel-de-Double.

À noter les rentrées moindres en recettes liées aux subventions encore en attente pour l’heure sur ces projets (200 000 € de l’État, 718 000 € du conseil départemental), ou encore la somme prévue par le tribunal administratif, concernant le conflit avec les entreprises en charge de l’isolation mal réalisé du centre de loisirs, mais non intégrée au budget car susceptible d’appel.

Si le budget a ainsi été arrêté, restait encore quelques grandes inconnus dans l’équation budgétaire : le montant de la dotation de l’État, ainsi que les bases d’imposition qui ne sont toujours pas définitives pour 2015 et dont le prévisionnel n’a pas été fourni pour 2016, à l’exception de la taxe sur les ordures ménagères. « La perte de dotation était de 30 % l’an dernier, nous avons prévu une nouvelle diminution de 10 % cette année » expliquait Céline Do Marco. Et dans ce contexte, rien de mieux que le statu quo sur les taux d’imposition, voté au même niveau que l’an dernier, et qui permettront au citoyen de garder un bon souvenir de cette intercommunalité.

Quels projets pour le territoire ?

Un poste de dépense pourrait cependant être revu à la hausse à terme. Solidaire avec le montponnais sur le chantier de la véloroute voie verte, les travaux de fouilles complémentaires pour la passerelle de Montpon ont été majorés de 110 000 € par rapport au coût prévisionnel. Dans ces conditions, la CCMP a décidé de s’engager à hauteur du premier montant prévu, à savoir 43 000 €, avant de donner davantage. « Tout ça pour 120 m² à 300 000 €, cela fait cher » admettait le président Michel Florenty. Cependant, des subventions de la Région devrait minorer à terme le financement des intercommunalités.

Outre ce point, les élus communautaires ont validé une convention avec le conseil départemental, propriétaire du mur sous le pont de Mussidan sur lequel les jeunes de Cas’Ado devraient réaliser une fresque végétale, avec l’aide de l’association des Enfants du Pays de Belleyme. Ils ont également renouvelé une convention de mise à disposition des locaux à l’ACCAD, et signer le démarrage des travaux visant à signaler une place de stationnement pour les personnes à mobilité réduite aux abords de chaque mairie. Enfin, la CCMP et CCIDL se sont entendus pour renouveler la mise en place de journées touristiques en juillet et en août prochain, intégrant un parcours en gabare.

C’est dans ce schéma habituel de réunion qu’une autre routine a finalement reboosté les conseillers communautaires : l’intervention du conseiller local Serge Olivier. Après s’être déclaré gêné de ne pas recevoir le journal d’information de la CCMP avant les autres pour relecture, il interpellait ses camarades jugés « conservateurs » : « Quels sont les projets d’avenir de notre communauté de communes ? ». Il proposait alors d’étudier la piste d’un aérodrome de tourisme et la réalisation d’un camping sur Saint-Front, avec espace aquatique, en liaison avec la voie verte. Si ces deux propositions ont vite été remises en contexte par ses collègues – le maire de Bourgnac rappelait un projet avorté sur l’aérodrome, et Pierre-André Crouzille mettait en parallèle l’échec du précédent camping alors que des points aquatiques existent déjà sur la vallée – d’autres ont saisi l’occasion pour avancer d’autres idées. Entre l’assainissement collectif pour Jean-François Melkebeke, sauvegarde des écoles pour une autre collègue, ce sont deux autres problématiques qui ont occupé le temps des débats : le développement économique et la désertification médicale. Le premier sujet, abordé par le maire de Saint-Louis, posait la question de l’embauche d’un chargé de développement économique, alors que les implantations d’entreprises actuelles relèvent plus d’un déménagement de Saint-Médard que de créations de nouvelles structures. Le maire de Mussidan quant à lui souhaite intégrer la compétence médicale dans l’escarcelle de la communauté. « Je prêche pour ma paroisse, mais vous êtes tous des fidèles », faisait-il valoir, en annonçant que le qualificatif de désert médical serait pertinent d’ici 6 ans, tandis que des communautés voisines se positionnent déjà pour la création de maison de santé.

Ainsi, si finalement tous les élus semblaient partager les constats de chacun, la baisse des dotations de l’État et la préparation de la fusion des deux communautés voisines risquent bien d’avoir raison des bonnes volontés exprimées ce soir-là.

Retrouvez l’ensemble des chiffres des comptes administratifs 2015 et du budget prévisionnel 2016 grâce au document fourni (Présentation complète du budget) par la communauté de communes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *