Dossier :

IMG_0843

CCMP : commencer l’année du bon pied

Après une fin d’année 2015 un brin houleuse, le conseil communautaire de la CCMP se retrouvait pour la première fois de l’année à Saint-Etienne-de-Puycorbier, mardi 2 février 2016. Mais sans point à l’ordre du jour les fusions communautaires, le mussidanais a montré ce qu’il savait faire de mieux : réaliser des projets concrets pour le territoire.

Accueilli par le maire de la commune Daniel Tournier, les conseillers démarraient ainsi la réunion avec l’adoption d’un fonds de concours pour l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, dans lequel la communauté s’engage à financer à hauteur de 50 % du reste à charge des communes après les subventions du département et du FIPHFP. Ceux-ci permettront de rendre accessible tout bâtiment communal ouvert au public. Ce fonds représente en tout une enveloppe de 70 745,65€ sur un total de 334 771€, réparties entre les communes à l’exception de Bourgnac et Saint-Laurent-des-Hommes, qui réaliseront ces travaux en régie.

À ces prochains travaux s’ajoutent ceux prévus dans le cadre du plan TEPOS, pour améliorer le rendement énergétique des bâtiments. Avec une enveloppe de 38 000 € encore disponible, le président de la communauté de communes a proposé d’intégrer les projets de rénovation du gymnase de Saint-Front-de-Pradoux et de la piscine de Mussidan dont le système de chauffage est hors service. Un audit énergétique réalisé en collaboration avec le bureau du SDE24 permettra de chiffrer les coûts avant d’aller vers des travaux.

Pari sur la jeunesse

Outre le fait d’éviter les sujets qui fâchent, le conseil communautaire pouvait se réjouir avec un bon tiers de l’ordre du jour dédié aux jeunes. Le compte-rendu de la commission enfance et jeunesse faisait ainsi état d’une bonne dynamique autour du club Cas’Ado, animé par Léa Paquet, avec des activités plébiscitées lors des vacances. L’animatrice intervient également deux fois par semaine au collège, fidélisant une cohorte de sixième et qui devrait à terme permettre de toucher toutes les générations. De son côté, le centre de loisirs a enregistré une hausse de sa fréquentation, par rapport à une année 2016 marquée par le retour à l’école le mercredi matin.

Le club pourra également voyager à travers la francophonie en découvrant un nouvel accent durant l’été 2016. En effet, la CCMP s’est entendu sur l’embauche d’un jeune québécois pour 6 semaines au Cas’Ado dans le cadre d’un échange entre les communes de Bourgnac et de Chandler. Le canadien sera ainsi accueilli par la famille Martial qui en contrepartie enverra son fils Guillaume dans la région gaspésienne le même été. Toujours dans le thème des échanges, le maire des Lèches Jean-François Melkebeke continue de porter son projet Erasmus avec des communes espagnoles, qui devrait permettre d’envoyer un groupe d’adolescents en 2017 pour un séjour d’une dizaine de jours. Il invitait par ailleurs président et vice-présidents à l’accompagner prochainement pour renforcer les liens.

Les élus ont par ailleurs validé la nouvelle convention et le budget du relais d’assistantes maternelles (RAM), géré par la CCMP pour le compte de la Vallée de l’Isle. Celle-ci demande aux communautés de communes engagées une participation rehaussée à 0,77 € par habitant, craignant une suppression de l’aide apportée par le Département. Point noir également, une conseillère communautaire alertait sur les suppressions de poste annoncées par la directrice du centre hospitalier de Montpon, qui met à mal l’accompagnement pédopsychiatre sur le territoire, avec un impact direct sur l’hôpital de jour de Mussidan qui risque la fermeture. Il y a en tout selon elle, 140 enfants en attente d’une première consultation.

Outre ces points, les élus ont validé le rapport d’activité 2015 et reconduit les tarifs de taxe de séjour, ou encore mis à jour le tableau des effectifs. Michel Florenty tenait tout de même sa petite victoire en faisant référence à la dernière communication de la communauté voisine de la CCIVS. Citant le mot critique du président Jacques Ranoux envers la loi NOTRe, il retenait l’absence des termes «fusions » ou « intégration » au profit du concept de partenariat entre les communautés de la vallée de l’Isle. « On peut travailler ensemble sans fusionner » concluait sur un ton malicieux le maire de Saint-Médard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *