P1120986

Saint-Aquilin – Les Patrimoniales fleurissent le Salembrais

Le traditionnel week-end des Patrimoniales de la Vallée du Salembre s’est attaqué à un sujet à la fois inédit et nécessaire, en cette année de COP 21 : les plantes qui nous entourent et leur rapport avec les hommes.

B. Wisnievski en pleine défloraison

Bruno Wisnievski en pleine défloraison

Dans le bourg rénové de Saint-Aquilin ce week-end, on ne s’intéressait pas tant à la qualité des récents travaux qu’à l’infinie richesse de la nature environnante. Et cela n’a rien d’un hasard dans une commune où sont organisés chaque année la fête de la Terre ou encore le festival de campagne. Car si le patrimoine touristique des coteaux salembrais n’a pas le même rayonnement qu’une grotte préhistorique ou un château de la Vézère, il n’a rien à envier en terme de richesse naturelle.

Héritière de l’action de l’ancienne communauté de communes de la vallée du Salembre, l’association les Patrimoniales réalise un véritable travail de fond chaque année pour déblayer un pan de l’histoire local. Après avoir abordé la toponymie en 2010, la préhistoire en 2012 ou encore le Moyen-age en 2011 et l’an dernier, l’association s’est penchée sur un patrimoine plus discret mais non important : la flore. Intitulé « Hommes et plantes », l’édition 2015 allait ainsi faire découvrir le jeu des relations entre l’humanité et la nature.

L'expo interactive du Pays de Belleyme

L’expo interactive du Pays de Belleyme

Pour cela, les visiteurs ont pu découvrir nombre de stands d’infos, à l’instar de l’exposition du Pays de Belleyme sur le jardinage sans pesticide ou encore de la société de mycologie du Périgord, avec une reconnaissance de champignons cueillis lors de la promenade commentée du matin. Ils ont également pu mettre la main à la pâte en faisant de la teinture végétale avec M. Guignard.

Mais c’est surtout à travers la qualité des conférences et ateliers donnés que l’association se démarque. S’appuyant sur la promenade commentée qui ouvrait les festivités, les intervenants ont pu revenir sur les découvertes médicinales autour des plantes ou encore les bonnes pratiques alimentaires à observer.

Petite expérience de teinture végétale

Petite expérience de teinture végétale

Le dimanche, Bruno Wisnievski du Club Nature de Porchères expliquait brillamment ce qu’est une fleur à travers un exercice de « défloraison », terme qui reprend tout son sens quand on comprend leur rôle d’organe sexuel. Après une heure d’intervention sous forme de conte, sépales, pistil et étamine n’avaient plus de secrets pour la vingtaine de personnes présentes.

Malgré l’excellente pédagogie des ateliers proposés tout au long du week-end, Martine Lechelle présidente de l’association se désolait de voir les trop rares présences des enfants et de leurs parents. Cela d’autant plus que les écoliers du territoire avaient réalisé des gravures en plantes sauvages avec Elsa Bedetti à la mi-septembre, et que chaque enfant devait se voir remettre un prix le dimanche à 15 h.

Le week-end reste néanmoins une réussite par l’affluence générale et la réussite du repas, habituel point fort de l’événement. Il faut dire que le menu, composé de mets locaux tels que le boudin de Martrenchas (St-Aquilin) ou la gaufre de Jean-Pierre Pommier (Saint-Germain) ont leur réputation dans les environs. Le dimanche se clôturait par ailleurs avec la dernière représentation de l’année de la troupe de théâtre de Beauronne, qui ont joué des sketchs parlant bon la campagne, tels que « La Chasse », « Au bistrot du coin » ou « À qui la vache ? ».

L’an prochain, l’association s’attaquera au thème « Artisans et Patrimoine » à Saint-Germain-du-Salembre. Mais les festivités de l’automne ne sont pas finies, avec une veillée d’échanges autour de la Truffe samedi 24 octobre à 20h 30 à la salle des fêtes de Chantérac, en partenariat avec le Groupement des trufficulteurs pétrocoriens. Plus de renseignements au 06 52 31 17 65.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *