P1100632

Zoom : les Restos du Cœur neuvicois

On profite de chaque occasion pour rentrer chez les locaux et leur tirer le portrait. Aujourd’hui, c’est Christian Thébault qui nous ouvre la porte des Restos du cœur entre deux campagnes pour nous expliquer le fonctionnement de l’association créée par Coluche en 1985.

On connaît tous le visage de Coluche ou le dernier hymne de ses camarades Enfoirés. Mais que sait-on in situ de cette célèbre association, dont le succès « malheureux » a permis d’installer des antennes un peu partout sur le territoire ? C’est en franchissant le pas de la porte de l’antenne neuvicoise que Isle S’informe apportent quelques éléments de réponse.

Franchir le pas, c’est justement ce qui peut paraître le plus difficile pour quiconque pense être né dans une société de prospérité. Avoir faim est devenu pour beaucoup une sensation ponctuelle et sans importance, bien loin des jours de disette dont nous parlent les plus âgés. Mais avec une crise qui s’enlise et qui précarise toujours plus de monde, la bourse réservée aux besoins vitaux s’amenuise, quand ce n’est pas une maladie qui provoque cette nouvelle précarité. Face à cette épreuve, les Restos du cœur se sont donnés pour mission depuis 30 ans « d’aider et d’apporter une assistance bénévole aux personnes démunies, notamment dans le domaine alimentaire par l’accès à des repas gratuits, et par la participation à leur insertion sociale et économique, ainsi qu’à toute action contre la pauvreté sous toutes ses formes  ». Bref, faire en sorte que le quotidien soit plus qu’une question de survie.

Ainsi, « à partir du moment où une personne franchit la porte des Restos, inscrite ou pas, même juste venue pour des renseignements, cette personne repartira avec un colis », explique le responsable de l’antenne neuvicoise Christian Thébault. Cette antenne a été créée en 1987. Si tout bon habitant du territoire a vu son sigle en allant faire ses courses à l’ancien Intermarché, le déménagement de la grande surface au tournant des années 2010 a quelque peu fait oublier son existence. Une discrétion bienvenue cependant pour Christian Thébault, car le regard des autres peut être aussi douloureux que la faim au quotidien. Il est par ailleurs voisin de l’espace emploi de Neuvic et des bureaux de structures d’insertion, comme Ricochets et l’AI des 2 Vallées, une proximité utile pour l’ensemble des acteurs.

Comment ça marche ?

Une partie de l'équipe bénévole de l'antenne neuvicoise ©C. Thébault

Une partie de l’équipe bénévole de l’antenne neuvicoise ©C. Thébault

Ici, la quinzaine de bénévoles se relaie pour assurer toutes les missions d’accueil des adhérents et de logistique. D’un côté, les adhérents sont accueillis et inscrits selon des barèmes établis à l’échelle nationale. Ceux-ci prennent en compte les revenus et les principales charges que peuvent être le loyer ou encore l’endettement. Faute de ressources suffisantes, la campagne d’été divise par deux le barème établi pour la campagne d’hiver, dont le premier niveau est établi à 689 € (ressources après paiement du loyer) pour une personne seule.

Les formalités d’inscriptions sont toujours réalisées avec 2 bénévoles. Une fois que les bénéficiaires sont détenteurs de leur carte, ils se présentent au local une fois par semaine pour la campagne d’hiver et une fois tous les 15 jours pour la campagne d’été. Ils sont accueillis avec un café et sont accompagnés dans la distribution par un bénévole. Ici, pas des prix mais des points. En tout, une personne seule bénéficiaire de cette aide aura 9 points, équivalent de 9 repas complets distinguant la viande, l’accompagnement et le dessert. C’est souvent en franchissant cette étape que les nouveaux inscrits marquent le coup. Une fois le quota hebdomadaire rempli, les personnes peuvent sortir par l’arrière.

De l’autre côté de l’équation, à savoir les denrées disponibles, l’antenne doit jongler entre des provisions limitées et une demande en hausse ces dernières années. Celles-ci dépendent de plusieurs variables : les dons de la Commission Européenne, les dons en nature et les dons d’argent. À Neuvic, la grande majorité du stock est récupéré à Périgueux, dans l’entrepôt départemental chaque mardi en hiver et deux fois en été. Pour cela, quatre communes du territoire – Neuvic, Sourzac, Saint-Léon et Razac – prêtent à tour de rôle un de leur camion pour récupérer conserves et surgelés, tout en respectant scrupuleusement la chaîne du froid, l’association étant soumise aux mêmes règles que toute entreprise exerçant dans le domaine de la distribution alimentaire. Les légumes et fruits frais viennent quant à eux principalement des Jardins du cœur, un chantier d’insertion installé à Montpon-Ménestérol émanant des Restos, qui produit pour une partie des centres de distribution du département.

Enfin sur le territoire neuvicois, le relais peut compter sur les dons des boulangers de la commune ainsi que sur une dotation chaque vendredi matin des produits encore consommables par Intermarché. On retrouve quelques dons exceptionnels permettant des aides occasionnelles, à l’instar d’une récente livraison d’un producteur d’œufs qui risquaient de se perdre. Sans compter les campagnes et événements réguliers.

La distribution des denrées s’organise quant à elle autour de deux périodes : une campagne d’hiver et une campagne d’été plus légère. La première, qui s’étale généralement de fin novembre jusqu’à mi-mars, a été réduite d’une semaine en 2015, faute de provisions suffisantes. Le local est alors ouvert aux inscrits toute la journée du vendredi. La prochaine campagne d’été démarrera le 5 mai pour finir le 8 septembre, durant laquelle l’antenne ouvre une demi-journée tous les 15 jours. Un système de colis permet de livrer les denrées pour les personnes les moins mobiles dans certaines communes.

Christian Thébault dans l'entrée du local

Christian Thébault dans l’entrée du local

Au-delà de l’aide alimentaire, qui reste la principale action de l’association, le local constitue un refuge, où les bénéficiaires peuvent profiter d’un vestiaire composé de vêtements qui sont mis à leur disposition et d’un bureau pour échanger sur leur situation et trouver des conseils. Les idées à mettre en œuvre ne manquent pas, comme la possibilité de trouver un bénévole qui proposerait des coupes de cheveux afin de travailler sur l’hygiène et l’estime de soi. Mais l’antenne pèche par la place limitée de ses locaux, alors qu’une pièce supplémentaire serait bienvenue pour que les gens puissent parler plus au calme. Quant à la gestion de l’équipe, celle-ci est faite par un animateur de centre, nommé par ses camarades bénévoles pour une durée d’un an reconductible. Christian Thébault joue ce rôle depuis novembre 2014.

Les Restos du cœur en chiffres

Nombre de bénévoles (2015) : 15 à Neuvic, 660 en Dordogne

Nombre d’inscrits (2015) : une centaine de familles à Neuvic (soit près de 250 personnes), 7 769 bénéficiaires en Dordogne

Collecte nationale du 6 et 7 mars 2015 : 1,150 tonnes récolté à Intermarché Neuvic
Nombre d’équivalents repas servis en hiver 2015 : 20 000 à Neuvic / 1 003 497 en 2014 sur la Dordogne

Nombre de centres de distribution sur le département : 30

Envie de contribuer, de partager des idées, faire un don ou d’en savoir plus sur le fonctionnement des Restos du cœur ? Retrouvez les à leur permanence à l‘Espace Solidarité Emploi, Z.A. Théorat 24190 Neuvic-sur-l’Isle et contactez les par téléphone au 05 53 80 59 07.

icon-car.pngKML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-LogoWikitude-Logo
Les Restos du coeur - Neuvic

chargement de la carte - veuillez patienter...

Les Restos du coeur - Neuvic 45.096685, 0.474966 Découvrez le fonctionnement et l\'équipe de l\'antenne neuvicoise des Restos du coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *