Chavatte et Reubrecht 1

L’histoire de la commune dévoilée

Il aura fallu une initiative municipale, trois ans de travail et beaucoup de rigueur et curiosité pour qu’André-Pierre Chavatte et Bernard Reubrecht sortent deux tomes de Chroniques de St-Médard-de-Mussidan en mai dernier.

En 2011, l’adjoint au maire Bernard Laudu est en quête de projets pour faire vivre la commune. Retraité de l’armée et habitant du village, Bernard Reubrecht voit là l’occasion de contribuer au bien public en relevant l’état civil et en triant les archives, en compagnie de son camarade, originaire comme lui du Nord et résidant de Douzillac, André-Pierre Chavatte. Des cartons entassés dans le grenier, ils trouveront alors les premiers éléments d’une enquête allant de la préhistoire à la seconde guerre mondiale, en passant par la Révolution.

Tout d’abord intrigués par quelques lignes inscrites sur les vieux documents communaux, les deux apprentis historiens (M. Chavatte a déjà réalisé une expérience similaire à Douzillac, Beauronne et St-Louis-en-l’Isle) ont ensuite été sollicités par le musée Voulgre des arts et traditions de Mussidan pour un travail similaire. Or, dans ces dernières, l’histoire de la voisine St-Médard est très présente, puisque ses limites territoriales poussaient jusqu’à la Crempse jusqu’au XIXème siècle. Ainsi, à force d’anecdotes et de collectes de données, l’idée d’un récit de l’histoire de la commune prenait forme, avec en premier jet pas moins de 700 pages A4.

Au final, les auteurs ont structuré leur histoire pour conter tantôt la vie de quelques illustres personnages de la commune (la famille Bacharatie de Beaupuy, les Desmoulins de Leybardie), tantôt celles de bagnards et d’explorateurs. Ils ont également apporté leur contribution à des énigmes, comme le lieu d’enterrement de Timoléon de Cossé-Brissac, mais aussi à rétablir des vérités controversées, comme la bévue de l’armée anglaise qui coulait un bateau-prison allemand dans lequel se trouvait un habitant de St-Médard. Ce travail est complété par des descriptions du quotidien, des clarifications sur la chronologie des maires, la vie des institutions ou encore le développement des épidémies.

Parmi les sources consultées par les deux auteurs, on retrouve les archives départementales, celles de l’évêché mais aussi les ressources internet, qui leur ont permis d’accéder à des données nationales. Ils ont également pu compter sur l’aide d’experts, pour la partie préhistorique, et de villageois intéressés, comme pour ces palpitantes légendes illustrées du deuxième tome. Preuve de l’intérêt local pour ce type de démarche, près de 300 exemplaires ont déjà été vendus et une quarantaine de personnes se sont déplacées pour assister à leur conférence le 16 juin, au cinéma de Mussidan.

Les deux tomes de Chroniques de St Médard de Mussidan ne forment pas de chronologie spécifique, l’un pouvant être lu séparément de l’autre. Vous pouvez les retrouver en vente à la papeterie de l’Isle ou au magasin U, ou bien le commander sur Internet (éditeur BoD), au prix de 16,90€ chacun. Sans oublier leur présence lors du salon du livre de Sourzac, le 15 août.

De gauche à droite : Bernard Reubrecht et André-Pierre Chavatte

De gauche à droite : Bernard Reubrecht et André-Pierre Chavatte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *