Dossier :

P1080009

Quand l’Occitan double les autres langues

« Un còp èra a castel de Neuvic…».Une pièce du château de Neuvic s’est transformée l’espace de deux jours en un studio de doublage en occitan, dans le cadre d’un stage professionnel. C’est ainsi que la Compagnie de théâtre Lilo, basée à Mensignac, inaugurait son Pôle de ressources à la création audiovisuelle en occitan jeudi 22 mai.

Ce projet, soutenu par le conseil régional d’Aquitaine, le conseil général de la Dordogne et l’agence culturelle départementale s’inscrit dans la volonté de redonner un élan à la langue régionale en passant par le pouvoir de l’écran. D’autant plus que l’occitan dispose désormais d’une web TV, « Òc tele », née en décembre 2013, pour mettre en valeur tout le travail fourni.

Les six stagiaires présents pour ce stage ont pu profiter de l’expertise de Laurent Labadie, enfant du pays titulaire d’une licence en occitan est comédien et metteur en scène de profession. Celui-ci avait pour mission d’une part de les immerger dans une bulle linguistique difficile à reproduire au quotidien, mais également de les former au jeu d’acteur. Car le travail de doublage, de film mais plus encore de dessin animé, exige une maîtrise parfaite de son expression corporelle et vocale. C’est pour cela que lors de la première journée de stage, en dehors des exercices de grammaire et conjugaison occitane, Laurent Labadie a obligé ses étudiants à rire, crier et s’exprimer sans le moindre mot. Car les changements d’humeurs et les scènes de chute, de poursuite et d’impacts ne manquent pas dans les scènes des animés, et c’est avant tout une question de contrôle d’énergie qui se pose alors.

En tout cas, les stagiaires à l’accent chantant, venus des quatre coins de l’Occitanie, ont su apprécier l’enthousiasme de leur formateur et la dynamique de groupe dans ce cadre authentique. Ils auront eu la possibilité de travailler sur des œuvres déjà traduites au cours des trois dernières années, comme la série Corneil et Bernie, le film Braveheart ou le dessin animé Ernest et Célestine.

Le projet devrait se dérouler sur trois années, avant d’être évalué. La deuxième session de formation aura également lieu au château de Neuvic du 24 au 26 octobre et permettra aux stagiaires d’étudier l’usage de l’occitan dans l’acte théâtral.

Laurent Labadie à la baguette avec ses apprentis doubleurs occitans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *