P1070970

La seconde tranche d’assainissement démarre

Mardi 13 mai, la municipalité de Douzillac donnait le coup d’envoi de la seconde tranche d’assainissement du village, un chantier qui devrait occuper le terrain pour toute une année. Avec les représentants de la compagnie Socama, maître d’œuvre du chantier, et des entreprises Dubreuilh et Laurière, elle accueillait la population, venue en nombre, pour une rencontre publique afin d’expliquer le déroulé des travaux et l’accompagnement des citoyens concernés.

Le chantier sera divisé en deux zones et concernera tout d’abord le bas du village, au niveau de la route départementale, du lieu-dit Cerveau jusqu’aux Coutillas, occasionnant une circulation alternée jusqu’à la fin juillet. Parallèlement, le hameau des Niautouneix sera raccordé au système existant durant la période estivale. Suivront ensuite d’un côté les Coutillas, les Gacougnas, la Croix du Gendre et Jean de Pont, et de l’autre les Guilhem, le bas du bourg et les Granges. De quoi bousculer le quotidien du village pour une période indéterminée, avec l’espoir d’en voir le bout au printemps 2015. Mais il faut rappeler dans le même temps que c’est un mal pour un bien, l’assainissement des eaux constituant un des grands enjeux de ce début de siècle pour que les générations futures puissent profiter d’un système d’eau potable aussi performant et que l’environnement ne subisse de dommages irréversibles.

Les particuliers disposent d’un délai légal de deux ans pour se raccorder à l’assainissement collectif une fois celui-ci mis en marche, mais leur facture d’eau n’attendra pas autant avant d’augmenter. Ils devront alors penser à déconnecter leurs fosses sceptiques et veiller à ne pas raccorder le système d’eau pluvial, le réseau ne supportant que le volume des eaux usées.

Cette seconde tranche d’assainissement, qui intervient quelques années après celle ayant raccordé une grande partie du bourg du village, permettra de raccorder au moins 140 foyers au système collectif à travers un réseau de plus de quatre kilomètres de long. L’opération représente un coût de 1 105 000€, dont 680 000€ de subventions. La municipalité profite par ailleurs de ces travaux pour opérer des enfouissements de lignes téléphoniques et électriques au lieu des Coutillas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *