P1080039

Action de blocage à la prison de Neuvic

Lundi 26 mai au matin, une action intersyndicale des agents pénitenciers à la prison de Neuvic, le personnel bloquant les entrées et sorties du bâtiment. Les représentants des syndicats FO, UFAP et SPS revendiquent un véritable dialogue social avec la direction dans un contexte de dégradation des conditions de travail. Ils remettent en cause les récentes décisions managériales, alourdissant considérablement les charges de travail.

Premiers éléments mis en cause : l’ajout d’une ronde supplémentaire au cours de la nuit et la mise en place d’un régime différencié dans un étage de la prison, sans assurer de moyens supplémentaires pour l’occasion. Ces changements occasionnent une surcharge de travail et un risque pour la sécurité des fonctionnaires, alors que l’établissement manque de personnel, manque évalué par les syndicats à huit agents en détention (380 détenus pour 113 surveillants). Ainsi les fonctionnaires pénitenciers font en moyenne 25 à 30 heures supplémentaires par mois, qui sont refiscalisées depuis août 2012. Cet élément s’ajoute au gel des indices de salaires depuis quatre ans, sans perspective d’augmentation pour les trois prochaines années.

Sur le plan de la surcharge de travail, les gardiens de prison accusent également les récentes réformes de l’administration pénitentiaire. D’une part avec le maintien de l’article 57 de la loi pénitentiaire de 2009, qui interdit la fouille systématique et entraînerait d’autres difficultés par la suite. Mais également avec le transfert des missions d’extractions judiciaires, auparavant réalisées par la police et la gendarmerie, qui creuserait les effectifs disponibles sur d’autres tâches, faute d’embauches. «On ne refuse pas le travail», fait valoir un représentant de l’UFAP, «mais il faut arrêter de simuler le dialogue social», reprend son homologue de SPS. «Il y a un véritable ras-le-bol» complète le représentant FO. «On a été cité en exemple auparavant avec le taux d’absentéisme le plus faible au niveau national, avec 3% sur l’année. Mais avec une telle évolution, je doute que cela dure».

Le blocage commençait à 6h du matin et devait terminer à midi, avec la mise à feu d’une effigie de gardien de prison épuisé par la surcharge de travail. Un représentant FO rencontrait pendant ce temps un membre de la direction régionale. Le personnel s’engage à renouveler l’opération si aucune avancée n’est faite.

La fumée noire des pneus indique l'action à longue distance

La fumée noire des pneus indique l’action à longue distance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *