Dossier :

Bruits de campagne – Victoire de la participation

Et si la véritable leçon de ces élections, c’est que la démocratie se porte mieux dans les petits villages qu’en milieu urbain? Trop concentré par l’abstention qui touche les grandes villes, les médias oublient vite que de nombreuses communes ne sont pas concernées par ce fléau. Dans les cantons de Neuvic et Mussidan, les taux de participation avoisinent en effet généralement les 80%, et les foules se massaient autour des bureaux de vote à l’heure du dépouillement.

Ce sont les chef-lieux où l’abstention sévit le plus, avec 30,5% d’abstention à Mussidan et 25% à Neuvic. Les deux scrutins, qui reproduisaient à l’échelle locale le conflit gauche-droite avec deux listes présentes, ont tourné en faveur de cette dernière puisque M. Roussel a été réélu pour un sixième mandat à Neuvic et M. Triquart a fait basculé Mussidan à droite après un long règne du PS.

Autrement, même dans les communes où une seule liste était en lice, les votants se sont déplacés en masse, pour au moins établir leurs préférences hiérarchiques en jouant du crayon (Beauronne – 81,25% de participation ; Saint-Jean-d’Ataux – 80% ; Grignols – 76%).

Là où deux listes s’affrontaient (Chantérac, Douzillac, Saint-Germain-du-Salembre, Sain-Louis-en-l’Isle…), le taux de participation oscille entre 83 et 87%. Le summum a été atteint à Saint-Vincent-de-Connezac, où trois listes se confrontaient pour tout juste 458 votants potentiels : 89% de participation. Et avec aucun candidat élu, le second tour s’annonce chaud et serré, tout comme à Sourzac (trois listes en position de se maintenir) et Saint-Front-de-Pradoux (quatre listes).

Ainsi, derrière cette apparente évidence statistique du «plus on est petit, plus on vote», un rappel critique sur le fonctionnement de nos institutions : la démocratie a toujours plus de sens à petite échelle. Sans doute parce que les représentants ont des visages connus de tous, et que leur nom ne se résume pas à une étiquette politique qui perd de son sens au fil du temps et dans l’espace local. Ici, le risque est tout autre. Car un fort taux de participation accompagne souvent une polarisation des débats importante au sein des villages et de nombreux conflits interpersonnels. Tout le challenge consiste alors à éviter la cassure sociale et à faire travailler tout le monde ensemble pour les six prochaines années, au-delà des quelques personnes élues.

Dans les prochains jours, nous reviendrons sur les victoires au premier round et les pronostics des seconds tours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *