Dossier :

Bruits de campagne – Le sprint final d’un long marathon

Le scrutin de demain s’annonce plus disputé que jamais dans les quelques communes où un second vote est nécessaire. La semaine d’entre-deux-tours aura sans doute été riche en discussions, en alliances réussies ou ratées, et en efforts pour grappiller des voix… ou en faire perdre à ses concurrents directs.

A Saint-Vincent-de-Connezac, village d’un peu plus de 500 habitants, tout reste à faire. Avec trois listes en lice et aucun des quinze postes de conseiller attribué à la sortie du premier tour, cela se jouera à pas grand chose. Ainsi, si la répartition des voix était similaire à celle du premier tour, la liste de Serge Magne et Jean-Louis Mousseau obtiendrait huit sièges et celle de Jean-Claude Arnaud sept, tout en sachant que tout peut basculer pour deux ou trois voix. La troisième liste dirigée par Laurent Dana a été distancée, avec trente voix de différences entre le quinzième poste de conseiller et le première candidate de son équipe (Nathalie Ferloubeix). Et dans tout cela, peu de votes en réserve puisque le taux de participation avait déjà atteint 89% dimanche dernier.

Autrement, deux communes de la vallée de l’Isle de plus de 1000 habitants, donc au scrutin de liste, sont concernées par un second tour : Sourzac et Saint-Front-de-Pradoux. A Sourzac, deux listes ont fusionné entre les deux tours, redistribuant les cartes. Gilbert Malara, premier adjoint sortant, a intégré à son équipe cinq candidats de la liste d’Alain Darcos, dont ce dernier et le maire sortant Jacques Montuelle. Une alliance intéressante sur le plan mathématique, puisque la liste de M. Malara a obtenu 31,72% des suffrages exprimés et celle de M. Darcos 25,07%, unis contre les 43,20% de la liste de Philippe Perlumière arrivée en tête dimanche. Mais cet accord pourrait déplaire à une partie de l’électorat désireuse de ne pas retrouver les mêmes visages au sein de la prochaine municipalité, et la répartition des votes pourrait être bouleversée.

Enfin à Saint-Front-de-Pradoux, les quatre listes en course ont décidé de se maintenir malgré des tentatives de rapprochement. Les têtes de liste, probablement persuadées de leur nécessaire présence au sein du conseil, risquent avant tout d’être confrontées à une situation ne convenant à personne. Avantage pour l’instant à Serge Olivier, sorti en tête avec 36,31% des suffrages, talonné par André Crouzille avec 32,34%, avec ensuite Jean-Marc Barradis (17,58%) et Henri Crabanac (13,75%).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *